Tout ce qu’il faut savoir avant partir en backpacking au Sénégal

Tout ce qu’il faut savoir avant partir en backpacking au Sénégal

Etant Sénégalaise, je me devais d’écrire cet article… Bon nombre de touristes reviennent déçus de leur séjour au Sénégal.  » On se fait alpaguer constamment, tout est compliqué, les services ne sont pas au standard…  » Ces constats peuvent s’avérer vrais mais rassurez-vous, le Sénégal, ce n’est pas que cela. C’est plutôt le partage, la gentillesse, le sourire, la bonne humeur et la fête. Tout ce qu’il faut pour profiter au mieux du Sénégal, c’est un cocktail de préparation psychologique, d’empathie et de curiosité. Voilà pourquoi nous partageons avec vous quelques conseils pour éviter les situations frustrantes lors d’un voyage en mode backpacking au Sénégal. Au fil des discussions avec ma famille, avec les locaux et à force d’analyser le quotidien des Sénégalais, on a fini par comprendre comment s’y prendre…

Backpacking au Sénégal
Scène de vie avec Ndew, dont la fille nous a accueillis pendant 15 jours dans un village sérère

Les choses à savoir avant de partir en backpacking au Sénégal

Avant toute chose, sachez que vous êtes un toubab en terre africaine. Vous êtes donc inévitablement perçu comme un étranger, et surtout comme quelqu’un qui a de l’argent. Et oui, personne – enfin presque – ne part en vacances sans argent… Vous êtes donc une « opportunité » pour la plupart des locaux, dont certains survivent comme ils le peuvent au quotidien. Gardez donc bien en mémoire les points suivants avant de vous aventurer au Sénégal.

Le Sénégal n’est pas le pays idéal pour les backpackers

Nous l’avons appris à nos dépends, le Sénégal est victime de son histoire avec la France. Le tourisme s’adressait historiquement aux retraités français à la recherche d’un peu d’exotisme, à bas coût, et sans la barrière de la langue. Aujourd’hui encore, c’est ce type de tourisme qui perdure. Donc quand on arrive avec son sac à dos, qu’on s’imagine séjourner dans une auberge et cuisiner sa propre nourriture, et bien on déchante vite. Dommage Monsieur le Ministre du Tourisme parce qu’il y a ici un filon à exploiter. Donc au quotidien, le Sénégal, ça donne ça…

Ma soeur en mode backpackeuse à Dakar, Backpacking au Sénégal
Ma soeur en mode backpackeuse à Dakar

Des activités touristiques bien trop encadrées

Etant donné que les retraités et familles aiment bien aller au plus simple (j’exagère un peu là mais vous comprenez l’idée…), ils sont très contents de partir en excursion all-inclusive. En gros, guide, chauffeur, repas, passage obligé chez le marchand de souvenirs, spectacles traditionnels, etc. sont inclus dans la prestation. Donc quand vous voulez organiser votre propre excursion en toute autonomie, et bien accrochez-vous ! Rien n’est développé à cet effet et surtout, les Sénégalais peuvent se montrer peu flexibles lorsqu’ils réalisent qu’ils ne feront pas un gros chiffre avec vous. Mais avec beaucoup de patience, de la tchach et le sourire, vous pouvez y parvenir !

Des tarifs qui font mal au porte-feuille

La clientèle du Sénégal étant majoritairement européenne (Français, Espagnols et Italiens), les locaux nous imaginent aisés et affichent donc des prix, certes moins chers qu’en Europe de l’Ouest, mais qui restent assez élevés pour les bourses de backpackers. Et quand on connaît le coût de la vie au Sénégal, on tombe des nues. Le Sénégal est le pays où les activités touristiques étaient les plus chères de notre tour du monde. Par contre, si vous venez en mode vacanciers, cela ne se fera pas ressentir.

Plage de Ndangane dans le Siné Saloum, Backpacking au Sénégal
Plage de Ndangane dans le SIné Saloum

A titre d’exemple, une excursion d’une demi-journée en pirogue dans le Siné Saloum coûte 40 € par personne. 60 €, c’est le salaire mensuel d’une animatrice scolaire dans un petit village. Même si nous sommes contents de pouvoir fournir du travail aux locaux, 40 € est énorme pour des backpackers. C‘est presque le budget quotidien pour voyager à deux.

Une offre d’hébergements peu adaptée aux petits budgets

Se loger à bas prix quand on fait du backpacking au Sénégal est assez difficile. Les auberges de jeunesse sont une vraie rareté. Ce qui veut dire que vous devrez vous rabattre sur les hôtels (comptez au minimum 50 € la nuit) ou sur Airbnb. Airbnb nous a beaucoup sauvé, mais attention ! En passant par Airbnb, vous vous risquez à des expériences aléatoires. Chaque fois que nous sommes passés par Airbnb et que l’annonce était gérée par un local, nous avons rencontré des problèmes. C’est triste à dire, mais c’est ce que nous avons vécu…

Un réseau de transports restreint

Oubliez les bus climatisés qui partent toutes les heures. Ici, le taxi 7 places – la vieille Peugeot 405 sur le point de rendre l’âme – vous amènera partout ! Il suffit de vous rendre au « garage » (comprenez la gare routière) et de chercher un taxi 7 places. Dès que vous arriverez au garage, attendez-vous à ce qu’on vous saute dessus. Négociez ferme et demandez aux autres passagers combien ils paient. Souvent, le chauffeur vous fera payer un supplément pour votre bagage. Le tarif est généralement de 1.000 FCFA pour les touristes et 500 FCFA pour les locaux. Vous pouvez bien entendu prendre des taxi privés mais la note sera plus salée (75 € pour aller de Dakar à Saint-Louis).

Taxi 7 places, Backpacking au Sénégal
Taxi 7 places

Cependant, un service de bus Dem Dikk existe depuis quelques temps. Les longs trajets coûtent en moyenne 5.000 FCFA (7,50 €). Mais il est difficile de connaître les horaires.

Le service client, un concept parfois oublié

Il s’agit là d’une autre réalité, à moins de visiter des lieux de haut standing, le service-client laisse souvent à désirer. Rares sont les fois où le service nous a bluffés. Nous avions parfois l’impression de déranger les serveurs, les sourires étaient en option, et les excuses en cas d’erreur inexistantes. Mais gardez en tête que la plupart n’ont pas fait d’école de tourisme et que la culture y est aussi pour quelque chose. En effet, au Sénégal, dire SVP n’est pas systématique mais sous-entendu.

Comment garantir une expérience réussie lorsque l’on fait du backpacking au Sénégal

Le Sénégal restera pour nous une expérience inoubliable. Nous sommes revenus avec des tas d’histoires à raconter ! Eh oui, ils s’en passent des choses. Pour que vous aussi vous repartiez avec de merveilleux souvenirs, voici quelques conseils à adopter une fois sur place.

Backpacking au Sénégal

Comprenez bien que vous êtes dans un pays africain

Avant d’arriver au Sénégal, oubliez le modèle occidental que vous connaissez. Le modèle individualiste n’a pas encore touché le Sénégal, et c’est tant mieux pour eux. Ici, la priorité est la famille, jamais on n’enverra ses parents en maison de retraite ou on ne laissera son frère dans la rue. Oubliez aussi le système organisé et ultra-réglementé de notre société. Le Sénégal s’organise à sa façon, avec les moyens à disposition, et ce malgré une corruption qui perdure. Malgré tout, cela fonctionne !

Gardez surtout en tête l’histoire du pays qui a connu 3 siècles d’esclavage, un siècle de colonisation et subit encore à l’heure actuelle une main-mise occidentale sur ses ressources naturelles. Il y a de quoi se faire tout petit quand on connaît le rôle de la France dans tout cela. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut distribuer de l’argent à tout va pour se racheter une conscience. Investissez plutôt dans des actions plus pérennes et qui répondent vraiment aux besoins des locaux.

Maison des esclaves à Gorée, Dakar
Maison des esclaves à Gorée

Apprenez à connaître les Sénégalais et à comprendre leur mode de vie

Les Sénégalais sont connus mondialement pour leur hospitalité, et c’est bien vrai. Le Sénégal est le pays de la Terranga (hospitalité). Même si certains n’ont pas grand chose à offrir, ils se mettront en quatre pour vous. Attention cela dit aux actes désintéressés… Donc soyez clair dès le début ou dès que vous découvrirez le pot aux roses. Ne vous sentez surtout pas obligés d’acheter car c’est une technique assez répandue : vous faire culpabiliser. Soyez ferme, sans hausser le ton. Discutez calmement et faites bien comprendre à votre interlocuteur que nous n’êtes pas ici pour acheter.

Plage du Siné Saloum voyage au Sénégal
Plage du Siné Saloum

Aussi, rappelez-vous que c’est un peuple qui vit au jour le jour. Je dirais même qui survit pour certains. La majorité de la population ne s’en sort pas financièrement. Souvent une personne fait vivre une dizaine d’autres personnes. C’est beaucoup de pression et un grand sacrifice. C’est pourquoi il faut savoir être empathique mais pas un pigeon pour autant.

Ayez une idée de la valeur des choses au Sénégal

C’est bien connu, au Sénégal, si on vous annonce 5.000 FCFA, c’est souvent que le vrai prix est plus proche de 2.000 FCFA. Les locaux vous feront toujours un prix toubab – bien gonflé. Ils tentent… Mais sachez qu’ils essaient aussi avec les locaux. La négociation sera alors votre meilleure amie. Mais toujours en gardant le sourire 🙂

Il faut avouer qu’il est difficile de jauger quand on ne connaît pas le niveau de vie, etc. Pour vous donner une idée, le Sénégalais moyen gagne en un mois ce qu’un Français gagne en une journée… Le salaire moyen mensuel est de 140 €. C’est une bien dure réalité surtout quand on connaît le prix des produits de base (lait, huile, etc.) ou encore les prix qu’appliquent des sociétés comme Orange pratique sur place. En tant que touriste, voici des prix raisonnables pour vos achats :

  • Une course en taxi à Dakar du Nord au Sud : 2.000 FCFA à 2.500 FCFA
  • Une course de taxi dans Ziguinchor ou encore dans Saint-Louis : 500 FCFA
  • Un mètre de tissu en wax : 1.000 FCFA à 1.500 FCFA
  • Une petite pirogue en souvenir : 2.500 FCFA
  • Un repas le midi dans un restaurant pour locaux : 1000 FCFA
  • Une grosse mangue ou 5 petites : 200 FCFA
  • Un tout petit sachet de cacahuètes : 50 FCFA
  • Un mad : 200 FCFA
  • Une bouteille d’eau minérale de 1,5L : 500 FCFA
  • Un bidon d’eau minérale de 5L : 1.000 FCFA
  • Une place dans un taxi 7 places de Dakar à Saint-Louis : 5.000 FCFA
  • Un jus local (bissap, gingembre, bouye…) : 500 FCFA à 1.000 FCFA
  • Une robe ou jupe longue chez le tailleur : 3.500 à 5.000 FCFA
  • Un petit haut chez le tailleur : 2.500 FCFA
  • Une veste chez le tailleur : 10.000 FCFA
Jupe longue réalisée au Sénégal, Backpacking au Sénégal
Jupe longue réalisée au Sénégal

Pour tout le reste, les prix pour les hébergements ou dans les restaurants sont souvent affichés. Dans tous les cas, sachez que tout se négocie. Mais attention, plus vous négocierez à la baisse et plus vous augmentez vos chances d’avoir un service ou article de moindre qualité.

Armez-vous de patience, c’est essentiel en Afrique où on ne court pas après le temps

Patience est le maître-mot quand on fait du backpacking au Sénégal. Oubliez les plans faits d’avance, votre montre, et tout ce qui rime avec organisation. Tout ce que vous prévoirez ne se réalisera jamais comme prévu ! Et cela nous faisait bien rire à la fin de la journée. Mais ne nous inquiétez pas, les locaux sont plein de ressources, toujours prêts à aider et vous finirez toujours par trouver une solution. Lorsque vous quittez une ville, vous ne savez jamais quelle heure vous partirez et encore moins à quelle heure vous arriverez. Mais c’est ça qui fait la beauté du pays ! Le stress ne se ressent pas au Sénégal et c’est vraiment revigorant. Donc oubliez les choses bien organisées comme en France, le Sénégal s’organise à sa façon. C’est différent mais ça marche quand même 🙂

Aussi, plus d’une fois, vous vous retrouverez dans des situations irritantes ou bien vous vous ferez alpagués inlassablement par des locaux ou des enfants. Restez positif et déclinez avec le smile. Ne vous forcez surtout pas à acheter un souvenir de force ou à payer le prix fort pour ‘aider’ le vendeur. Vous ne pouvez pas aider tout le monde…

Evitez les endroits trop touristiques

Si vous faire alpaguer sans cesse et payer le prix fort ne vous dérange pas, alors rendez-vous dans les lieux bien touristiques comme Saly ou Yoff, à Dakar, par exemple. Sinon préférez les lieux moins visités. En Casamance par exemple, le tourisme est moins présent et la relation avec les locaux est totalement différente. L’accueil est plus chaleureux, vous ne verrez pas de rabatteurs, vous serez souvent invités à manger par les locaux, etc. Bref, c’est la sérénité assurée !

Casamance
Plage de Casamance

Ne comparez pas le Sénégal aux autres pays que vous connaissez !

Pour profiter au mieux du Sénégal, la meilleure chose à faire est de venir sans idée préconçue. Laissez-vous porter par ce que le pays a à offrir. Ne comparez pas le Sénégal avec d’autres pays d’Asie ou d’Amérique du Sud. Tout y est différent car le tourisme n’est pas développé de la même manière au Sénégal. Néanmoins, vous connaîtrez une autre façon de voyager où facilité et anticipation ne sont pas de rigueur. Internet ne pourra rien pour vous sur place, donc apprenez à voyager autrement.

Nos conseils pratiques pour un séjour au top au Sénégal

Voici quelques conseils pratiques pour vous faciliter votre séjour au Sénégal.

Poisson grillé chez khadija sur la plage de Yoff à Dakar
Poisson grillé chez khadija sur la plage de Yoff
  • Ne buvez pas l’eau du robinet. Vous pouvez cependant la faire bouillir avant de la consommer.
  • La tourista est un passage quasi obligatoire. Préférez manger local donc du poisson dans les villes en bord de mer car la chaîne du froid est rarement respectée. Attention si vous allez à la pharmacie. Les pharmaciens sont souvent de purs commerçants. Ils vous vendront parfois n’importe quoi. Tu demandes des Probiotiques, on te ramène de Propolis parce qu’il n’y a plus de Probiotiques #vendreatoutprix
  • Attention quand vous mangez des glaces. Les longues coupures de courant sont très fréquentes et vous n’avez pas envie de manger du re-congelé.
  • Concernant le paludisme, ne prenez pas la malarone si vous ne la supportez pas. Couvrez-vous bien le soir, mettez de l’anti-moustique, buvez du Schweppes Tonic qui contient de la quinine et en cas de symptômes, allez chez le médecin. Sachez qu’il existe sur place une pilule curative du nom de Coartem disponible en pharmacie.
  • Il y a très peu de distributeurs de billets dans le pays donc prévoyez bien en amont. Gardez aussi toujours votre argent et votre passeport sur vous.
  • Pour les taxis, négociez toujours le tarif avant de monter en voiture. Et n’hésitez pas à faire diminuer le prix proposé par le chauffeur car il appliquera certainement le prix toubab.
  • Quant aux taxis 7 places, évitez les trois places du fond bien moins confortables. Le taxi part une fois qu’il est plein.
Village sérère près de Mbour, voyage au sénégal
Village sérère près de Mbour
  • Evitez les chauffeurs de taxi qui ne parlent pas français car les adresses précises n’existent pas au Sénégal. Il faudra donc expliquer le lieu de votre destination (ex : quartier Grand Yoff, entre le pont et la mosquée). Inutile d’écrire l’adresse sur un bout de papier, la plupart des chauffeur ne sait pas lire. Vous devrez souvent guider le chauffeur vous-même. Sinon, ce dernier vous demandera d’appeler la personne chez qui vous allez pour qu’ils communiquent ensemble en wolof. D’où la nécessité d’avoir une carte sim locale. Attention, il est fréquent que le chauffeur vous dise connaître la destination sans vraiment la connaître… Dire « non » ou admettre qu’on ne sait pas (et surtout passez à côté d’une affaire) n’est pas naturel.
  • Le français est la langue officielle, mais c’est le wolof, le pular, le sérère, etc. que l’on parle au quotidien. Apprenez au moins les bases du wolof, cela sera grandement apprécié. Surtout que nombreux chauffeurs de taxi viennent de Guinée et ne parlent pas le français.
  • Le wifi est parfois difficile à trouver, achetez donc une carte SIM à l’aéroport de Dakar (1.000 FCFA) avec du crédit (5.000 FCFA pour 2,5 Go). Aussi, vous aurez souvent besoin d’appeler vos hôtes car c’est dans la coutume.
  • Vous rencontrerez souvent des enfants qui mendient dans la rue. Ils s’appellent les Talibés. Evitez de leur donner de l’argent car tout est reversé à leur marabout. Evitez aussi les bonbons car ils ne pourront pas se soigner en cas de caries. Préférez les fruits ou de la nourriture.

Le mot de la fin

Voilà pour nos conseils. Il y a énormément à dire sur le Sénégal ! C’est le pays qui nous a donné le plus de fil à retordre mais aussi le plus d’expériences insolites. C’est également ici que nous avons vécu l’expérience la plus authentique de notre tour du monde lors de nos deux semaines de bénévolat dans un village sérère. Le Sénégal et son peuple sont magnifiques, foncez-y et appréhendez le pays comme une autre forme de voyage.

Backpacking au Sénégal
Désert de Lompoul

2 Replies to “Tout ce qu’il faut savoir avant partir en backpacking au Sénégal”

  1. Hello Henny et Antoine,

    Merci pour ce voyage depuis mon canapé. L’espace d’un instant, j’étais au Sénégal. Je trouve que vous donnez de bons conseils pour qui ne connait pas l’Afrique et surtout le Sénégal. J’espère pouvoir découvrir un jour par même ces magnifiques endroits 🙂

    Célia

    1. Hello Célia, merci beaucoup ! Cet article n’a pas été facile à écrire car j’adore le Sénégal mais ça a aussi été le pays le plus compliqué. Je te souhaite de découvrir ce magnifique pays mais plus en mode vacances qu’en mode sac à dos 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :