La vallée sacrée des Incas depuis Cusco

La vallée sacrée des Incas depuis Cusco

Quel bonheur de marcher sur les traces des Incas dans la Vallée Sacrée avec la famille d’Antoine ! Cette civilisation qui a disparu avec l’arrivée des colons espagnols au début du 16ème siècle a laissé derrière elle de merveilleux vestiges. On peut y découvrir des ruines de forteresse, terrasses et expérimentations agricoles révolutionnaires, admirer leurs talents d’ingénieurs ainsi que leurs croyances. De quoi être admiratifs.. et sceptiques, plus de 500 ans après l’extinction de cet empire que les conquistadores osaient qualifier de sauvage ! De multiples sites sont à découvrir aux alentours de Cusco, la capitale des Incas. Suivez-nous pendant notre excursions de deux jours. On vous emmène d’abord sur les 4 sites archéologiques aux portes de Cusco, puis à Moray et Salines à plus d’une heure de l’ancienne capitale inca.

Photo de famille dans la Vallée Sacrée
Photo de famille dans la Vallée Sacrée

Une grosse demi-journée à arpenter les 4 sites de la Vallée Sacrée

Pour cette première journée dans la Vallée Sacrée, nous avons décidé de prendre un colectivo (bus) en direction de Pissac et de nous arrêter à Tambomachay, un site à 8km de Cusco. Notre plan : redescendre vers Cusco à pied depuis le premier site et nous arrêter visiter les trois autres sites sur le chemin.

Site 1 : Tambomachay, le bain des Incas

Vallée Sacrée

Le premier site de notre circuit est Tambomachay. Ce site archéologique se compose de fontaines, sources, aqueducs et même d’une grotte. Peu vaste, on peut s’y promener 45 minutes. Les historiens ne savent toujours pas quel était exactement son rôle au temps de l’empire inca, Tambomachay aurait pu être une base militaire avancée en vue de protéger Cusco tout comme une sorte de Spa où les incas venaient y prendre des bains purificateurs.

Site de Tombomachay
Site de Tombomachay

 

Site 2 : Puka Pukara, la forteresse rouge

Juste en face de Tambomachay se trouve Puka Pukara. En langue quechua, Puka signifie rouge et Pukara, forteresse. Les pierres de la forteresse sont de couleur rosée mais elles deviendraient rouges au coucher du soleil.

Vallée Sacrée

Nous avons suivi la balade de 20 minutes au milieu des murs, escaliers et terrasses du complexe. Certaines hypothèses affirment qu’il s’agissait d’une base militaire puisque Puka Pukara bénéficie d’un emplacement stratégique. On peut en effet surveiller une grande partie de la vallée. D’autres pensent qu’il s’agissait d’un poste de repos pour les commerçants, chasseurs ou voyageurs.

Vallée Sacrée
Sur les hauteurs de Cusco, entre Puka Pukara et Q’enqo

Site 3 : Q’enqo, le lieu des sacrifices

Après Puka Pukara, nous entamons une bonne marche à travers la Vallée Sacrée pour atteindre Q’enqo. Sur le chemin, nous découvrons d’autres ruines, des champs verdoyants et troupeaux de moutons. Un air de notre bonne vieille Irlande flotte dans les airs. Les ruines en plus, la Guinness en moins !

Rando dans la Vallée Sacrée
Rando dans la Vallée Sacrée

Arrivés à Q’enqo, nous découvrons un site étrangement agencé. Q’enqo était en fait un lieu de rituels, plus précisément de sacrifices et de momifications. Fait de labyrinthes, d’une salle de sacrifices, d’un observatoire astronomique, d’un canal en zigzag et d’un amphithéâtre, les hypothèses jaillissent. Un puma, un condor et un lama seraient aussi visibles sur le site. Nous avons cherché, nous avons échoué. Nous aurions dû prendre un guide…;)

Jeu de lumières à Q'enqo
Jeu de lumières à Q’enqo

Site 4 : Sacsayhuaman, la forteresse surplombant Cusco

Le moyen mémo-technique pour se souvenir du nom de cet impressionnant site archéologique est « sexy woman », et ça marche ! Le nom signifie « faucon satisfait » car le faucon surveillait la capitale de l’Empire Inca, Cusco, situé en contrebas. Le site est très grand et se compose d’innombrables pierres parfaitement polies et empilées les unes sur les autres sans fixateur. Les pierres sont gigantesques, la plus grande pèse même 300 tonnes !

Photo de famille à Sacsayhuaman dans la Vallée Sacrée
Photo de famille à Sacsayhuaman dans la Vallée Sacrée

Les Incas polissaient des blocs entiers à l’aide d’outils de bronze et de pierres dures plutôt que de les couper dans une taille souhaitée. Un travail d’une grande patience et d’une grande qualité puisqu’à aujourd’hui, les pierres sont toujours là, les unes sur les autres… Sacsayhuaman est encore utilisé aujourd’hui. Tous les ans, le site accueille au solstice d’hiver l’Inti Raymi, le festival inca prisé des locaux et des touristes.

Vallée Sacrée
Comment se sentir toute petite…

Dernier arrêt : le Christ Blanc de Cusco

Avant de redescendre vers Cusco, nous gravissons quelques marches en face de Sacsayhuaman pour voir de plus près le Christ Blanc. Construit en 1945, la statue a été donnée par la colonie arabe/palestinienne (?!?) à Cusco.

Vallée Sacrée
Cristo Blanco
Vallée Sacrée
Vue sur Cusco depuis le Cristo Blanco
Redescente sur Cusco
Redescente sur Cusco

Pour conclure notre journée, nous redescendons tranquillement vers la Plaza Mayor de Cusco.

Playa Mayor à Cusco, Vallée sacrée
Playa Mayor à Cusco

Journée 2 : découverte d’Ollantaytambo, de Moray et des Salineras (marais salants) de Maras

Nous n’avons pas enchaîné une deuxième journée dans la Vallée Sacrée tout de suite. Nous avons plutôt attendu de revenir du Machu Picchu car notre train depuis Aguas Calientes avait pour terminus Ollantaytambo. Ollantaytambo possède de nombreuses ruines Incas et la route qui mène à Cusco passe par Moray, Maras et Salineras. Dès notre descente du train, nous sommes alpagués par des chauffeurs de bus. Nous négocions assez facilement un chauffeur pour la journée de Ollantaytambo à Cusco avec plusieurs arrêts, uniquement pour nous six, pour seulement 150 soles. Easy!

Site 1 : Ollantaytambo, forteresse militaire

Vue panoramique sur Ollantaytambo, Vallée Sacrée
Vue panoramique sur Ollantaytambo

Les majestueuses ruines du village d’Ollantaytambo sont situées au creux de montagnes. Le site se compose de terrasses dotées d’un système d’irrigation, le tout à des fins agricoles. Ollantaytambo est particulièrement connu pour être un lieu de résistance où les incas infligèrent une sévère défaite aux colons espagnols. Le chef inca, Manco Yupanqui, ayant eu la bonne idée de lancer une pluies de flèches, pierres et de lances sur l’ennemi situé dans la vallée en contrebas. Le tout ponctué d’une inondation de la base du site pour embourber la cavalerie espagnole… contrainte de battre en retraite. Cependant, flairant une lourde contre-attaque, Manco se réfugie dans la jungle. Comme il l’avait prédit, les Espagnols ont capturé la ville peu de temps après leur défaite. En parcourant le site, on découvre le temple du soleil ou encore le mur des six monolithes qui est un temple inachevé.

Ruines d'Ollantaytambo, Vallée Sacrée
Ruines d’Ollantaytambo, Vallée Sacrée

Site 2 : les fameuses terrasses de Moray

Etant un des sites les plus connus de la Vallée Sacrée, Moray est un bel exemple d’expérimentation agricole des Incas. Les terrasses sont elles aussi pourvues d’un ingénieux système d’irrigation. La température des terrasses peut varier jusqu’à 15°C entre la terrasse du haut et celle du bas. Cette différence de température permettait de cultiver une multitude de plantes. Les terrasses servaient donc surtout de laboratoires à des fins agricoles.

Terrases de Moray, vallée sacrée
Terrases de Moray

Site 3 : le village de Maras et les Salineras (marais salants)

A quelques kilomètres de Moray se trouve le village typique de Maras. Nous y avons fait une halte pour nous restaurer avant de nous rendre aux marais salants / Salineras. Arrivés sur le site des Salineras, nous sommes une nouvelle fois ébahis par la taille du site, le nombre de piscines de sel, les terrasses, le cadre et l’ingéniosité des Incas.

Salines de Maras, vallée sacrée
On vous laisse compter le nombre de piscines…

Le système d’irrigation de la source chaude très salée qui provient de la vallée est une fois de plus incroyable ! Le complexe est encore utilisé aujourd’hui. Les Incas ont ici laissé derrière eux plus de 1.000 piscines de sel en terrasses dont les couleurs varient au gré des heures de la journée ! C’est d’ailleurs l’un des quatre sites au monde où on extrait du sel rose.

Salines de Maras, Vallée Sacrée
Salines de Maras, Vallée Sacrée

Rien de tel pour clôturer notre périple sur les traces des fascinants Incas.

Conseils pratiques pour visiter la vallée sacrée des Incas

  • Pour visiter tous les sites mentionnés ci-dessus, vous devrez vous procurer le boleto turístico à 130 soles et valable 10 jours. Un boleto partiel existe à 70 soles mais ne vous permet de faire qu’un circuit restreint. Voici les infos (en espagnol).
  • Les Salineras de Maras ne figurent pas dans le boleto turístico, vous devrez vous acquitter d’un droit d’entrée de 10 soles en plus.
  • Pour le circuit des 4 sites près de Cusco, vous pouvez prendre des bus entre les sites pour 1 sol si vous ne souhaitez pas marcher.
  • Nous n’avons pris de guides pour aucun site de la vallée sacrée. Les explications du Lonely Planet et un livre sur la civilisation Incas nous ont suffis. Même si nous avons certainement loupé plein d’infos.
  • Le chauffeur que nous avons trouvé pour le trajet de Ollantaytambo à Cusco était de la compagnie Inca Real.

 


Pour un voyage personnalisé et authentique au Pérou, prenez contact avec Olivier, l’expert local de TraceDirecte

Faites une demande de devis gratuite pour échanger directement avec lui, via votre espace client ou en l’appelant au Pérou avec un numéro gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :