Tham Kong Lo, une grotte exceptionnelle au coeur d’un village pittoresque

Tham Kong Lo, une grotte exceptionnelle au coeur d’un village pittoresque

Entrée de la grotte Kong Lo
Entrée de la grotte Kong Lo

Après notre halte à Phonsavan, 13 heures de mini-bus et de tuk-tuks, nous voilà enfin arrivés à Ban Kong Lo, un village à proximité de la fameuse grotte Tham Kong Lo (tham = grotte en laotien). Arrivés après le coucher du soleil et dans le noir total – ici le courant a sauté depuis trois jours, nous sommes contents de trouver refuge dans une guesthouse qui possède un générateur. Cela dit, pas d’eau chaude ni de wifi ce soir. On devrait s’en sortir et rien ne pourra entacher notre enthousiasme à l’idée de visiter Tham Kong Lor.

Tham Khong Lor, une petite merveille de la nature

Nichée dans le parc national Phu Hin Bun, cette grotte est un must-do au Laos. Longue de 7,5 km et creusée naturellement au travers d’une falaise de calcaire, on peut la traverser en pirogue à moteur. Haute de 100 mètres à certains endroits, la grotte relie deux villages : celui où nous séjournons, Ban Kong Lo et Ban Phom Khan (ban veut dire village en laotien). Nous embarquons donc au petit matin à bord d’une pirogue avec notre pilote et un local qui profite de la course pour transporter ses courses d’un village à l’autre.

Entrée de la grotte Kong Lo
Entrée de la grotte Kong Lo dans une montagne de calcaire

Une première traversée riche en émotions

L’entrée de la grotte est déjà en soi un pur bijou avec l’eau verte émeraude. Mais une fois à l’intérieur, l’ambiance change du tout au tout. On se croirait plutôt dans un remake de film d’horreur : l’obscurité est pesante, l’humidité se fait sentir… Heureusement, nous avons une lampe frontale et notre pilote. Nous montons à bord de notre pirogue, qui tangue au moindre mouvement, et prions pour que le chauffeur sache ce qu’il fait car il a clairement notre sort entre ses mains. Première surprise, il n’est équipé que d’une frontale lui aussi. Sérieusement mec…? Ca va le faire ? Parce que nous, on y voit rien ! Mais le chauffeur assure : il évite les obstacles, traversent les passages presqu’à sec à coups de freinages et d’accélérations maîtrisées. Chapeau !

Entrée de la grotte Kong Lo
Entrée de la grotte Kong Lo

Au bout de quelques minutes, le chauffeur nous demande de désembarquer. Nous suivons donc le villageois dans la grotte à pieds. C’est ici que normalement la grotte est éclairée grâce au réseau d’électricité installé par… la région Rhône-Alpes (WTF  mais big up quand même !). Mais comme il n’y a pas d’électricité à cause de la panne qui paralyse le village, vous connaissez Antoine & Jenny la poisse ?, on ne découvre les stalactites et stalagmites qu’a la lumière de notre frontale. C’est cool mais un peu flippant, et bien dommage car ça a l’air magnifique !

On repart pour au total presque une heure de traversée. À l’approche de la sortie de la grotte, nous désembarquons à nouveau à cause d’un rapide en sens inverse pour repartir de plus belle et enfin voir la lumière du jour, synonyme de fin de l’angoisse… de la superbe aventure. Le petit tronçon entre la grotte et le village opposé est très joli ou c’est peut être juste qu’on est content de revoir un peu de lumière !

Sortie de la grotte Kong Lo

Ban Phom Khan, un village pittoresque

Une fois sur la terre ferme, nous décidons d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté de la grotte. Nous faisons une marche d’une heure à travers Ban Phom Khan, un petit village situé à 1km de la grotte.

Village Phom Khan
Village Phom Khan

On est émerveillé par le calme qui y règne, les maisons sur pilotis toutes faites de bois, l’absence d’épicerie et de touristes. Nous faisons aussi la connaissance des locaux : chiens, poules, buffles et des villageois qui nous invitent à siroter du whisky maison. Euh… Thanks man mais non merci ! Il est 13h et on est à la limite de l’insolation. Nous regrettons d’ailleurs d’avoir oublié nos maillots de bain pour nous rafraîchir dans la rivière aux abords du village.

A la rencontre des villageois
A la rencontre de la population locale

Retour à Ban Kong Lo en pirogue

De retour sur la pirogue pour rentrer à Kong Lo, Antoine utilise la frontale pour le chemin du retour et se rend enfin compte de la hauteur et parfois de la bassesse de plafond de la grotte.  » Ah quand même !  » Quant à moi, je suis tout à l’avant, sans frontale, et reste crispée pendant tout le trajet. Je ne perçois pas le devant de la pirogue et ne vois que les parois à l’approche dans lesquelles nous allons nous crasher !! Au final, de grosses frayeurs et une bonne dose d’adrénaline mais le pilote gère. Son travail est remarquable ! Il scanne sans cesse la grotte de droite à gauche à la frontale à la recherche d’obstacles et connaît probablement la grotte comme sa poche.

Personnellement, j’ai adoré le frisson mais étais contente de sortir de l’expérience Shining ! Claustrophobes, s’abstenir…

Oui bon, on a vécu deux expériences différentes sur le retour...
Deux façons différentes de vivre l’expérience…

Pour nous, il s’agit là d’une des expériences les plus impressionnantes que nous ayons faites au Laos avec la Gibbon Experience. Pour 15 euros au total pour deux personnes, cela vaut vraiment le coup.

Ban Kong Lo, notre QG est un village resté authentique

Vue sur les rizières depuis Ban Kong Lor
Vue sur les rizières depuis Ban Kong Lor

Bien que ce spot se soit un peu développé pour accueillir les touristes, le village est resté très traditionnel. Entouré de formations karstiques (calcaires) et de rizières, villageois et animaux – buffles, volaille, chiens, chats et vaches – cohabitent en toute harmonie. Il n’y a rien à faire à part regarder les enfants jouer, se promener autour des rizières et aller aux abords du Mékong, mais quel bonheur ! C’est le calme plat et la nonchalance comme on l’aime. Et les locaux souriants sont toujours prêts à nous lancer un Sabaidee (bonjour) !

On termine notre journée aux bords du Mékong où les femmes se lavent sous leur sarong, où les petits font trempettes tout nu et où les plus grands remplissent leurs sauts d’eau tout en s’amusant.

Un jeune Laotien revenant du Mékong
Un jeune Laotien revenant du Mékong

Une journée et deux nuits auront suffi à nous faire succomber aux charmes de la campagne laotienne. Le fait de ne pas avoir d’électricité allait parfaitement avec le cadre et c’est à regret que nous devons quitter Kong Lo… Quoique, nous nous dirigeons vers l’archipel des 4.000 îles pour ce qui sera notre dernier stop au Laos. Iles paradisiaques au milieu du Mékong, ça devrait être pas mal non plus..;)


mathieu-expert-laosPour un voyage personnalisé et authentique au Laos, prenez contact avec Mathieu, l’expert local de TraceDirecte. 

Faites une demande de devis gratuite pour échanger directement avec lui, via votre espace client ou en l’appelant au Laos avec un numéro gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :