Pékin et la Grande Muraille de Chine : que d’émotions !

Pékin et la Grande Muraille de Chine : que d’émotions !

Nous devant notre train à l'arrivée à Pékin, fin du périple Transmongolien
Nous devant notre train à l’arrivée à Pékin, fin du périple Transmongolien

On ne vous as pas dit ?? Nous sommes bien arrivés à Pékin ! Ah ben non, Madame censure chinoise nous a bien isolés au début… Enfin bon, Pékin nous a réservé des surprises à tous les niveaux. Nous avions espéré nous reposer pendant cette semaine complète dans la capitale chinoise mais la ville est tellement riche et vaste qu’elle nous a laissé peu de répit. A choisir entre modernité et histoire, nous avons bien entendu choisi le côté historique du pays et visité les lieux mythiques de Pékin et ses alentours.

Le Musée National de Chine

La pluie ne nous a pas laissé d’autre choix que de commencer notre séjour par le Musée National qui se trouve au sein de la Place Tiananmen. Le musée est réparti sur quatre niveaux et propose une multitude d’expositions temporaires. En vrac au moment de notre passage : reproduction de statues (vous y verrez un soldat et un cheval de l’armée de terre cuite de Xi’an), art africain, porcelaine, cadeaux reçus de la part des chefs d’état… Nous avons privilégié l’exposition permanente Ancient China qui retrace l’histoire du pays à travers  les différentes dynasties qui s’y sont succédées. Bon soyons francs, on perd très vite le fil entre les dynasties Song, Tang, Han, Qing… surtout quand l’expo couvre une période allant du Néolithique à la tentative d’instauration de la  République en 1911 ! Mais elle est très bien expliquée (et en anglais) et permet de réaliser que le pays est un patchwork d’ethnies regroupées au fil de l’histoire autour de valeurs communes qui font l’identité de la Chine aujourd’hui.

Musée National de la Chine
Musée National de la Chine

Bon à savoir

Le musée est gratuit et l’entrée se fait à condition de montrer son passeport.
Le couteau suisse est toléré à l’intérieur du musée mais la perche à selfie y est interdite ! Allez comprendre…

La Place Tiananmen

Si les autorités et les agences de tourisme la mettent en avant comme étant la plus grande place au monde, difficile de ne pas associer la place Tiananmen aux dramatiques événements qui s’y sont déroulés en 1989 quand le pouvoir a massacré des centaines de civils, majoritairement des étudiants, venus réclamés plusieurs semaines durant plus de démocratie au sein du pouvoir en place. Le souvenir de ce terrible événement est toujours présent à la vue de la sécurité autour de la place. Quadrillée par des barrières et des policiers, on ne peut y entrer qu’en passant via un sas de sécurité et en montrant son passeport. En sortir a parfois été est un vrai cauchemar ! Si une fois à l’intérieur on est en effet surpris par sa grandeur et le nombre de personnes, les monuments sont assez austères. On y trouve le mausolée de Mao Zetong – que nous avons raté pour la même raison que celui de Lénine – une colonne en guise de Monument aux Héros du Peuple et un gigantesque pot de fleurs… dont on cherche toujours la signification. La place est encerclée par le Palais de l’Assemblée du Peuple, le Musée National et deux portes impressionnantes, dont la fameuse Porte de la Paix Céleste qui mène à la Cité interdite et arborant un portrait king size de tonton Mao. Au final, la place est à voir du fait de son histoire mais nous vous conseillerons de ne pas trop vous y attardez.

La Porte de la Paix Céleste, Place Tiananmen à Pékin
La Porte de la Paix Céleste, Place Tiananmen à Pékin

La Cité Interdite

La Cité Interdite à Pékin
La Cité Interdite à Pékin

Nous l’attendions avec impatience et elle ne nous a pas déçus. Nous avons accordé une bonne demi-journée pour arpenter la cité qui abritait autrefois les différentes dynasties régnantes sur la Chine et était interdite au public pendant plus de 500 ans (d’où son nom)… Véritable voyage dans le temps : on se retrouve plongé dans la Chine traditionnelle avec une orgie de palais, temples, cours intérieures, pavillons et un magnifique jardin impérial. On y trouve aussi les musées de l’horlogerie et de la joaillerie. Il y a vraiment de quoi se perdre et s’imprégner de l’histoire omniprésente dans cet endroit exceptionnel en plein coeur de Pékin. 

La Cité Interdite à Pékin
La Cité Interdite à Pékin

Bon à savoir

La billetterie se trouve au fond de la cour où se trouve les différentes files, tout à droite et vous pouvez récupérer un plan en anglais dans le Service Center à gauche.
L’entrée est de 60RMB sur place en haute saison (90RMB en ligne) et l’entrée pour chaque musée est de 20RMB.

Jardin de la Cité Interdite à Pékin
Jardin de la Cité Interdite à Pékin

Les hutongs dans le Nord de Pékin

Les hutongs sont ces petites rues typiques de Pékin, étroites, aux devantures traditionnelles et souvent décorées de drapeaux chinois (quel patriotisme !). Le quartier situé au nord de la Cité impériale en regorge. Si certains ont gardé leur caractère authentique avec des résidents s’affrontant au cours de parties de dominos acharnées, d’autres sont devenus très touristiques et accueillent des cafés et boutiques branchés. Se perdre dans ces quartiers reste toutefois très agréable pour s’évader et fuir durant quelques heures le tourbillon de la ville. En déambulant dans ce dédale de rues atypiques, on peut également tomber sur quelques uns des bâtiments historiques de la ville comme la Tour du Tambour, le Temple de Confucius ou encore le Temple des Lamas.

Hutong à Pékin
Hutongs à Pékin

Le Temple des Lamas

Lamas comme dans Dalai Lama hein, pas comme l’animal ! Après avoir longtemps hésité avec le Temple de Confucius, nous avons opté pour ce temple qui est le plus grand temple bouddhiste en Chine en dehors de ceux que l’on peut trouver au Tibet. Et nous ne l’avons pas regretté. Ce lieu incontournable à nos yeux est un vrai havre de paix. On y croise quelques touristes mais surtout des locaux venant se recueillir en faisant brûler de l’encens, ainsi que quelques teenagers inspirées visiblement par le lieu pour s’y prendre en selfie. Les temples, les statues de Bouddha et des différents dieux sont à couper le souffle, surtout le Bouddha de 18 mètres de haut situé dans le dernier temple du complexe (mais interdiction de le prendre en photo, faudra vous déplacer ;))

Temple des Lamas
Temple des Lamas

La Grande Muraille de Chine

Qui ne rêve pas de la voir de ses propres yeux ?! Nous ne savions pas quel tronçon parcourir et que choisir entre les deux options :

1/ facilité d’accès depuis Pékin et beaucoup de touristes ou 2/difficulté d’accès et moins de touristes ? Evidemment, nous avons opté pour la deuxième option, sinon ce n’est pas drôle. Et quel émerveillement !

Nous devant la Grande Muraille de Chine
Nous devant la Grande Muraille de Chine (soyez pas jaloux, vous irez vous aussi un jour…)
Antoine devant la Grande Muraille de Chine
Antoine devant la Grande Muraille de Chine

Nous avons décidé de commencer notre randonnée sur la Muraille de Chine depuis le village de Gubeiko, à 3h40 de bus de Pékin. Ce tronçon a l’avantage d’être déserté par les touristes contrairement à Badaling qui peut faire penser à Disneyland. La randonnée depuis Gubeiko était incroyable et très simple, bien que l’on grimpe un peu. C’est d’ailleurs ici qu’a lieu tous les ans le départ du marathon de la grande muraille de Chine ! Nous marchions sur un mur très ancien datant de la dynastie des Qi du Nord (550-557) puis reconstruit sous la dynastie des Ming (1368-1644), et qui a été détruit à certains endroits. Les points de vue étaient impressionnants avec la Muraille qui s’étendait au loin devant nous sous un grand soleil et un ciel bien bleu ! Au total, nous l’avons arpentée pendant plus de 4 heures et n’avons rencontré qu’une vingtaine de personnes au cours de la randonnée. On vous laisse admirer… Et si l’aventure jusqu’à la Grande Muraille de Chine vous tente, voici tous les détails pour vous rendre à Gubeiko depuis Pékin.

La Grande Muraille de Chine, tronçon à partir de Gubeiko
La Grande Muraille de Chine, tronçon à partir de Gubeiko
La Grande Muraille de Chine
La Grande Muraille de Chine

Voilà donc ce que nous avons principalement visité à Pékin et ses alentours. On pourrait écrire des pavés sur la cuisine chinoise tellement nous nous sommes remplis la panse mais on se contentera de vous partager des bonnes adresses. A suivre….

2 Replies to “Pékin et la Grande Muraille de Chine : que d’émotions !”

  1. Chouette que vous avez choisi le site du Grand Mureille où l’on est allé avec Étienne, bien joué! Par contre, faute du temps, nous avons pris un taxi noir pour y aller plus vite, mais le coût est 10 fois plus cher…lol en tous cas, bravo! Très bonne expérience!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :